On a aimé !

 

Dompteur d'anges (Claire Favan)

note: 4Captivant Karine - 31 août 2017

Thriller rythmé, du suspens, de nombreux rebondissements, il est difficile de lâcher le livre. Seule la fin déçoit un peu.

Le trône de fer n° 1 (George R. R. Martin)

note: 5Un monde où les héros sont des hommes et femmes ordinaires Thérèse - 31 août 2017

Une plongée dans un univers hors du commun, les personnages sont atypiques, l'angoisse et le suspense sont au rendez-vous, on termine la lecture avec une irrésistible envie de replonger

Le monde d'Anaonil n° 1
Auriane (Cécile Koppel)

note: 5Un auteur de la région à découvrir isabelle, Pouzols - 31 août 2017

Tout un monde de fantasy dans cette trilogie.Une écriture fluide et agréable.

Mes animaux du jardin à toucher (Deborah Pinto)

note: 4Super ! la boissière - 31 août 2017

Livre ludique, sensoriel, ou l'on découvre les animaux familiers.

La lune est blanche (François Lepage)

note: 5Magnifique roman graphique La team de Tressan - 31 août 2017

Une BD Documentaire sur l'Antarctique très intéressante mêlant superbes photos et dessins splendides !!

L'oiseau du sommeil (Isabelle Simler)

note: 3Envole toi ! Agnes - 28 août 2017

Tous les soirs, il faut se détendre et se mettre en pyjama pour se préparer à attraper l'oiseau du sommeil, en compagnie duquel les enfants voyagent vers le pays des rêves.
Le sommeil et l’endormissement sont traités de façon très poétique de par le récit et la beauté des illustrations d’Isabelle Simler, illustratrice à découvrir ou (re)découvrir.

Le choeur des femmes (Martin Winckler)

note: 4Le choeur des femmes : roman Marie-Claude - 24 août 2017

A travers le parcours d'un interne, dans un service de chirurgie gynécologique, nous découvrons les relations qui peuvent se croiser pendant des consultations. J'ai apprécié cet ouvrage car les paroles sont des sources humanitaires et universelles pour toutes les femmes.

Jouez fleurettes ! (Élisabeth Ivanovsky)

note: 5Et si on se déguisait en fleurs ! Agnes - 25 juillet 2017

Des enfants jouent sur ces pages. Chaque page campe la scène d’un jeu. Chaque enfant a pris les traits et les couleurs d’une fleur, qu’il porte comme un costume.
Le texte nous donne à chaque fois le nom du jeu et celui de la ou les fleurs concernées.
Les mises en scène se succèdent : Primevère et Bouton-d’or font de la balançoire pendant que Perce-neige fait du ski !
Des illustrations à croquer ! Une observation minutieuse de la nature dans une joyeuse mise en scène !

Je n'ai pas fait mes devoirs parce que (Davide Cali)

note: 1A déguster sans modération ! Agnes - 25 juillet 2017

Si tu cherches une excuse parce que tu n’as pas fait tes devoirs : ce livre est pour toi !
Par contre, elles sont toutes plus folles les unes que les autres : « Nous avons trouvé un manchot égaré que nous avons été obligé de raccompagner au pole sud ».
Les illustrations de Davide Cali et Benjamin Chaud sont pleines d’humour, à déguster sans modération !

Le visage de Mamina (Simona Ciraolo)

note: 2Le temps qui passe... Agnes - 25 juillet 2017

L’anniversaire de sa grand-mère permet à la fillette d’évoquer le temps qui passe et la vieillesse à partir de ce qui intrigue tant les enfants : les rides.
Entre l’aïeule et l’enfant, chaque ride est l’occasion d’une histoire, une histoire de famille, avec des épisodes heureux – mariages, joies de vacances – et des moments plus douloureux.
La narration progresse en alternant le questionnement de l’enfant sur le visage de sa grand-mère et la réponse donnée par Mamina qui est développée sur la pleine page qui suit sous forme de dessin.
Et ainsi, la conversation entre les deux, saute d’une anecdote à une autre, d’un temps à un autre. La complicité entre ces des deux personnages est bouleversante.

Les petits tracas de Théo & Léa
Je le veux ! Achète-le moi ! (Muzo)

note: 4Un album pour aborder la valeur de l'argent Agnes - 25 juillet 2017

Cette collection « Les petits tracas de Théo & Léa » se présente sous la forme d’une courte bande dessinée, facile à lire, dès 6 ans et permet d’engager la discussion avec l’adulte.
Dans le titre « Je le veux, achète le moi », on suit l’histoire de Théo qui veut à tout prix avoir un cadeau lorsqu’il fait les courses avec son père. Cette BD permet d’aborder la question du désir de tout acheter. En partant de cette scène du quotidien, particulièrement réaliste, le jeune lecteur est invité à constater à quel point le comportement de Théo n’est pas approprié. Pour l’aider dans la compréhension de la situation, un petit ange et un petit diable sont représentés, désignant ainsi clairement ce qui est bien ou mal.
Efficace, ce titre est ainsi une proposition réussie pour inciter les jeunes lecteurs à réfléchir sur la valeur de l’argent et l’importance de faire des choix.

À la maison, il y a des règles ! (Laurence Salaün)

note: 3Voici une somme de règles à mettre entre toutes les petites mains ! Agnes - 25 juillet 2017

"Je ne dis pas « j’ai pas trouvé » quand j’ai pas cherché". " Je ne demande pas à papa la permission quand maman a déjà dit « NON ! » même si je sais qu’il va dire oui."… Il y en a pour tous les âges, à partir de 4 ans et pour tous les goûts, avec des notions basiques comme la sécurité, la propreté et le respect de l'autre. Mais aussi d'autres plus complexes, comme de ne pas suivre un inconnu même s'il s'est perdu dans la rue et qu'il a l'air gentil.
Dans ce manuel de savoir-vivre à usage familial, on aime l'humour et l'éclectisme des sujets abordés. Les illustrations prennent le contre-pied des sujets présentés. Un excellent ouvrage pour aborder le thème avec autodérision et bonne humeur !

L' Effet aquatique (Solveig Anspach)

note: 4Séduction aquatique Estelle - 6 juin 2017

Coup de foudre de Samir, grutier, pour Agathe, petit bonne femme qui envoie valser ses soupirants. Il apprend qu’elle est maître-nageur à Montreuil. Il va donc prendre des leçons de natation –bien qu’étant aussi à l’aise qu’un poisson dans l’eau.
Ce film de Solveig Anspach est malheureusement posthume. Une formidable comédie romantique en milieu aquatique, pleine de trouvailles, délicieusement loufoque et maline. Les acteurs principaux, Florence Loiret-Caille et le lunaire Samir Guesmi, sont parfaits.

La Danseuse (Stephanie Di Giusto)

note: 4Danse libre Estelle - 30 mai 2017

Ce premier film de Stéphanie Di Giusto retrace la vie de Loïe Fuller, pionnière de la danse moderne, surnommée la « fée électricité ». Fille de ferme du Grand Ouest américain, elle invente une danse spectaculaire qui fascine le public de la Belle Époque. A grands renforts de voiles tendus à bout de bras grâce à des bambous et éclairés par des projecteurs qui lui brûlent les yeux, la jeune femme se livre à une chorégraphie aérienne et novatrice mais très éprouvante pour son corps.
Elle sera éclipsée par Isadora Duncan et tombera dans l’oubli, malgré ses prouesses physiques.
Soko, Lily-Rose Depp et Gaspard sont impeccables et nous font vivre cette incroyable ascension (et chute) du début du XXe siècle.

Merci patron ! (François Ruffin)

note: 3David contre Goliath Estelle - 30 mai 2017

« Merci Patron », c’est l’histoire vraie de Serge et Jocelyne Klur. Employés pendant des années dans une usine de Poix-du-Nord chargée de la confection des costumes Kenzo pour le groupe LVMH, ils sont limogés lorsque le PDG du groupe, Bernard Arnault, décide de délocaliser la production en Pologne. Recherche d’emploi infructueuse pour l’un comme pour l’autre, les difficultés s’amoncellent. Cerise sur le gâteau, suite à un accident de voiture, leur assurance leur réclame 25000 euros, leur maison est donc menacée de saisie…
C’est alors qu’intervient François Ruffin, fondateur du journal picard "Fakir". Il élabore un incroyable traquenard - dont on ne peut ici dévoiler les ficelles -, afin de contraindre Bernard Arnault de dédommager le couple Klur. Savoureux.
Un bémol tout de même, l'omniprésence de Ruffin qui se fait le héros du film, au détriment de la famille Klur...
A voir tout de même.