AccueilCritique

Critique

 

Guide de survie des jeunes grands-parents (Marie Thuillier)

note: 3...pour tous les grans-parents en pente douce?!!! marionstandré - 26 août 2018

Pourquoi lire ce guide? D'abord, parce qu'il est humble, sans prétention, sinon celle de vous faire rire, ou sourire, en vous proposant des listes et des petites confessions intimes toutes belles, toutes propres! Oh, à la rigueur, quelques scories dans son humour tout lisse, mais des scories si usées par la patine des déjà-entendus qu'on glisse dessus avant qu'on en rougisse! Tout gentillet, ce livre propose donc de traiter le sujet des grands-parents "nouvelle génération", et çà fait plaisir, on n'en attendait pas moins de lui. Bon, que dire d'autre? Ah si !!!! Y a bien quelques trucs nouveaux, actualisés, et utiles dans les listes : des excuses " in" pour répondre aux nouvelles demandes de vos enfants et petits-enfants!, des trucs et astuces de grand-mère, moderne!. Bon, c'est rigolo...c'est rigolo…et c'est à peu près tout. Ah si!!! , y a des pages " coaching" pour accueillir toute votre descendance à la maison de manière diplomatique et civilisée,( de manière hypocrite, quoi ! ) : avec pour vous, Madame l'ambassadrice de votre temps, des conseils sur "l'art de recevoir" sur votre territoire votre pire "ennemie d'Etat", et en l'état: votre belle-fille…l'art de distribuer des Rochers Suchard et Mon chéri par ci , des "ma petite chérie" par là à vos enfants, beaux-enfants, invités sur le territoire de vos valeurs éducatives, aux antipodes de leurs nouveaux concepts pédagogiques! Autant de trucs à dire ou à éviter de dire pour que l'ambiance "cocktail dînatoire" que vous avez créée pour le Week end fasse l'illusion et le travail de charme, mais c'est le prix à payer pour continuer à voir vos petits-enfants. Alors, un peu comme un Sarkozy qui s'apprête à recevoir Kadhafi et sa tente dans le jardin, vous pouvez organiser la réception de la bru, ou du gendre, avec autant de prévoyance que votre plan obsèques. Et puis, dans ce livre, c'est çà qui est bien, c'est qu'on part pas de situations trop réalistes, quand même. Du quotidien, sans la réalité! Dans les excuses pour ne pas pouvoir garder votre pourtant sacro-saint petit enfant "que j'adore, viens là que je t'embrasse!!!", pas de "Non, je peux pas ce mois-ci, j'ai manif contre la réforme retraite", ou "Ah, peux pas ce jour-là, ton père a rendez-vous chez l'urologue", ou "Vous venez manger dimanche? bah, on peut pas reporter à dimanche prochain? j'aurai touché ma petite retraite et je pourrai aller acheter mon petit poulet de batterie à hyper U avec ma carte ( de fidélité) revolving rechargée à bloc... et peut-être même qu'après être passé à ma banque… alimentaire, j'aurai le temps d'aller glaner quelques légumes laissés par terre à la fin du marché... je vous ferai une petite ratatouille! " Non, rien qui rappelle de près ou de loin la réalité; pour vous les mamies, pas de proposition tordue comme poser votre râpe à pied Schollll sur le plan de travail de la cuisine pour faire croire à votre belle-fille que vous venez de faire des carottes râpées "bio" avec vos légumes abîmés. Au fond de sa cuisine, Grand-mère ne sait pas que faire un bon café! Elle aussi finit parfois moulue à force de s'user à tous les stratagèmes possibles et inimaginables pour tromper l'ennemi (e), mais même si elle plie et se ratatine, elle ne rompt pas avec les traditionnelles recettes "l'art de compoter" des "plats" aux commentaires de sa belle-fille . Quant aux pépé, papis, papounets, il ya tout pour organiser l'arrivée de la petite descendance: on parlera pas de la préparation des barrières, des enclos, de la petite clarine à enfiler au cou du petit être aimé, on parlera pas des bonbons Haribo ou de vos chewing-gums à la nicotine que vous lui filerez en cachette, rien que pour le principe ! Vous, le grand-père "Werther's original", le dur au cœur mou ! Vous le pilier de famille, l'homme, le dur, le fort, l'insubmersible!!! Vous qui, tel un Hugo tout-puissant êtes capable de défier Dieu sans craindre ses foudres : "Aboyez tonnerres, et je rugirai!!! ...et vous qui, tel un Hugo devenu grand-père, tombez à terre, "Victor sed victus", victorieux mais vaincu face à l'être le plus faible de la Terre... tout petit devant votre poupée de petite fille, devant votre petit garçon... tout petit devant le manque, le vide, l'absence gigantesque de vos petits dès qu'ils sont repartis! Dans ce livre, y a un peu de cet "art d'être grand-père" hugolien qui vient, ouf, donner du réalisme, du vrai, du brut, du vivant pour tous les grands-parents en pente douce!